FrenchWeb 500 : 11 acteurs néo-aquitains au classement

ActualitésHypercroissance

Le média Frenchweb.fr / Decode Media vient de publier l’édition 2020 de son classement des entreprises de la tech française, le FW500. Comme chaque année, il a scanné les sociétés sur la base d’un questionnaire en ligne publié du 5 mai au 15 septembre. Les entreprises ont été classées sur la base de cinq critères afin d’évaluer leur potentiel de croissance : chiffre d’affaires 2019, taux de croissance du CA entre 2018 et 2019, ratio du CA par salarié, ratio du résultat net / chiffre d’affaires 2019, indicateur du potentiel de croissance calculé sur la base des recrutements et des levées de fonds.

Près de 40 % des entreprises du palmarès 2020 sont des éditeurs de logiciels, 28 % des fournisseurs de services BtoB et 8 % des entreprises de services numériques ou des agences digitales.

Cette édition 2020 est dominée par Webedia, suivi par Teads et Le Bon Coin Groupe. On y trouve 11 acteurs de l’écosystème de La French Tech Bordeaux : certains sont basés dans notre région, d’autres y ont un site important. Les voici.

Cdiscount, 6e du classement
Le géant français du e-commerce est installé sur les bords de la Garonne, avec son siège social dans le quartier des Bassins à flot. Son chiffre d’affaires 2019 atteignait les 2,2 milliards d’euros. Portée notamment par sa marketplace, la société est aussi engagée dans une diversification importante de son offre : énergie, voyages, optique…

ManoMano, 16e du classement
Née en région parisienne, la place de marché dédiée aux produits de bricolage et de jardinage a choisi Bordeaux en 2018 pour diversifier ses recrutements. Aujourd’hui, elle emploie une soixantaine de personnes à Bordeaux et continue à recruter avec pour objectif de dépasser les 100 emplois d’ici une grosse année. Lancée dans une expansion européenne, ManoMano a levé 125 millions d’euros en janvier dernier.

MWM, 46e du classement
Quasi-inconnu du grand public, MWM est pourtant le numéro 1 mondial de l’édition d’applications musicales ! Sa dernière levée de fonds, à hauteur de 50 M€ en début d’année, va lui permettre de conforter sa croissance et d’établir une diversification. Avec edjing Mix, elle est derrière l’application de DJ la plus populaire de la planète. Présente à Bordeaux depuis quelques mois, elle entend proposer de nouvelles solutions dans la photo, la vidéo…

AuCoffre, 46e ex aequo
Lancée en 2009 à Bordeaux, juste après l’énorme krash boursier, AuCoffre est devenue la première plateforme française d’achat et de revente d’or et d’argent métal en ligne. Son cœur de métier : la conservation de pièces dans des coffres ultra-sécurisés qu’elle stocke pour le compte de ses utilisateurs. Fondée par Jean-François Faure, AuCoffre revendique plus de 30.000 membres.

VeraCash, 49e du classement
Jean-François Faure réussit le tour de force de placer ses deux entreprises dans le classement 2020, qui plus est à des places semblables. VeraCash est en quelque sorte la petite sœur d’AuCoffre. La société bordelaise propose à ses clients une carte de paiement, un compte et une monnaie adossés à l’or et à l’argent physique.

Loisirs Enchères, 80e du classement
Pilotée par Frédéric Bonfils, la startup bordelaise est devenue une scale-up, une entreprise en forte croissance. Spécialisée dans la mise aux enchères de voyages et de produits de loisir, Loisirs Enchères a su faire face avec brio au confinement et trouver des solutions pour continuer à avancer.

Dolist, 110e du classement
La PME girondine est spécialisée dans le webmarketing. Dirigée par Jean-Paul Lieux et Denis Olivier, Dolist propose un ensemble de solutions technologiques et de services marketing autour de l’email, du SMS et de la data. Employant 75 personnes dans cinq bureaux en France et en Espagne, comptant plus de 800 clients, elle fête en 2020 ses 20 ans.

Blue Valet, 119e du classement
La scale-up des frères Hugo et Benoît Ricard facilite la vie des voyageurs qui angoissent de manquer leur avion ou leur train, ou qui ne veulent pas perdre de longues minutes à trouver une place de stationnement. Son service de voituriers se double d’une couche technologique importante.
>> Voir aussi : l’interview French Tech Box d’Hugo Ricard

U’Rself, 126e du classement
U’Rself s’adresse aux réseaux d’enseignes qui, grâce à sa plateforme et son usine d’impression, ont la possibilité de mettre à la disposition de leurs points de vente l’ensemble de leurs supports de communication. L’enjeu est ici pour les têtes de réseaux de garantir le respect de leur charte graphique. Dirigée par Alexandre de Roumefort, la société produit cartes de visite, flyers, brochures, plaquettes, bâches, panneaux PVC…

Hubstairs, 176e du classement
La société créée en 2016 par Alexandre de Vigan a développé une solution de création de contenus visuels 3D. Elle s’adresse à deux marchés principalement : les acteurs du e-commerce de l’aménagement et de la décoration qui veulent mettre leurs produits en valeur via des visuels 3D attractifs, et les acteurs de l’immobilier qui ont besoin de s’appuyer sur son service d’aménagement intérieur 3D pour vendre plus facilement les biens de leur portefeuille.

Facil’iti, 193e du classement
L’entreprise fondée par Frédéric Sudraud est une pépite du mouvement « tech for good ». Basée à Limoges, la startup a créé une solution d’accessibilité numérique innovante, qui adapte l’affichage d’un site web en fonction des besoins des personnes en situation de handicap. Confort visuel, moteur, cognitif : Facil’iti s’adresse donc aux propriétaires de sites web qui veulent les mettre à disposition du plus grand nombre. Sa grande force : équiper les sites sans toucher au code source.