Alternance, formation… Boostez vos recrutements de jeunes talents !

Actualités

La crise sanitaire et économique liée à la pandémie de la Covid-19 a sévèrement secoué le monde des jeunes apprenants. Pour autant, les perspectives annoncées par les entreprises technologiques et innovantes de Bordeaux et de Nouvelle-Aquitaine ne sont pas mauvaises en termes de recrutement : bien conscients que la compétence de leurs équipes sera un élément décisif dans leur rebond, 90 % des répondants à notre enquête comptent embaucher ou maintenir leurs équipes dans les 12 prochains mois. Comment tirer votre épingle du jeu, recruter et former pour préparer l’avenir ? La French Tech Bordeaux fait le point sur deux formules différentes et complémentaires : le plan de soutien à l’alternance lancé par le gouvernement, et l’initiative innovante de l’université de Bordeaux.

Nombre d’alternants et de stagiaires se retrouvent aujourd’hui en difficulté faute de trouver une entreprise capable de les accueillir. Le gouvernement a donc décidé d’instaurer de nouvelles mesures en faveur de l’alternance. Ce type de formation se déroule sous statut salarié avec deux possibilités : le contrat d’apprentissage ou le contrat de professionnalisation. En cela, il diffère des stages, mêmes réguliers ou longue durée, qui sont sous statut scolaire. Le sujet est stratégique : au-delà des débouchés immédiats proposés aux jeunes étudiants, c’est aussi un enjeu de long terme pour chaque filière qui, en s’engageant dans l’alternance, forme la main d’œuvre de demain. La France comptait en 2019 un total de 491.000 apprentis, en hausse de 16 % par rapport à 2018. Il faut donc maintenir cette belle dynamique malgré les difficultés économiques actuelles des entreprises.

Pour éviter que les jeunes alternants se retrouvent sur le bord de la route, le plan de relance décidé par l’Etat, doté de plus d’un milliard d’euros, rehausse fortement l’aide à l’embauche d’un apprenti, de manière à ce qu’il ne coûte rien ou presque rien à l’entreprise lors de la première année de formation. Pour tout contrat signé entre le 1er juillet 2020 et le 28 février 2021, une prime exceptionnelle et immédiate de 5.000 euros sera versée pour chaque embauche d’un alternant de moins de 18 ans ou de 8.000 euros lorsqu’il s’agit d’un adulte. Ce versement concerne dorénavant toutes les formations par alternance du CAP au master, sans conditions pour les sociétés de moins de 250 salariés.

Pour l’entreprise qui recrute, c’est donc une aide majeure à l’embauche puisqu’elle couvre la totalité ou la majeure partie des salaires versés à l’alternant pendant sa première année ainsi que les cotisations. Pour bénéficier de ce plan de soutien, les entreprises de taille intermédiaire et les grands groupes ont, eux, obligation d’atteindre la barre des 5% d’alternants dans leurs effectifs à échéance de la mesure.

Les alternants confrontés à la recherche infructueuse d’entreprises accueillantes vont aussi avoir plus de temps devant eux : à compter de la rentrée 2020, ils auront désormais six mois, et non plus trois, pour trouver leur bonheur tout en poursuivant leur formation.

>> Retrouvez les mesures du plan de relance sur le site du ministère du Travail

Pour répondre spécifiquement aux besoins de la filière numérique, l’université de Bordeaux a lancé une formule originale, complémentaire et répondant aux enjeux de recrutement, formation et fidélisation des salariés. S’inspirant de l’alternance et de la formation continue, ce master Ingénierie de l’informatique propose une formation universitaire de master qui permet aux salariés d’obtenir un diplôme dans le cadre d’un contrat organisant la modulation du temps de travail entre leurs activités dans l’entreprise et l’immersion dans l’environnement universitaire. Ce cursus s’adresse à des profils en CDI et déjà titulaires d’une licence. Progressivement, en 4 ans, ils vont monter en compétences grâce à un parcours individualisé : le choix des unités d’enseignement se fait en fonction des besoins de l’entreprise et du projet professionnel de son salarié.

Conçue et réalisée avec le soutien du Syrpin, de Digital Aquitaine et de La French Tech Bordeaux, cette formation implique une présence du salarié à temps complet dans l’entreprise qui ne s’absente qu’environ 26 jours dans l’année pour suivre sa formation. Ces frais de formation peuvent être en partie pris en charge par les opérateurs de compétences (Opco) de votre branche professionnelle. Les entreprises qui s’intéressent au dispositif sont invitées à se manifester avant le 23 juillet :

> Auprès d’Isabelle Sand pour recevoir les CV des étudiants disponibles : isabelle.sand[at]u-bordeaux.fr

> Auprès de Serge Chaumette pour en savoir plus sur la formation ou proposer la candidature d’un.e de vos salarié.e. : serge.chaumette[at]labri.fr